Social Media Buttons fb twitter twitter twitter
You are here: Home / Reviews / Journals / Mélanges de la Casa de Velázquez / 44 (2014) / 2 / Estudio y documentos para la historia de la diplomacia española en el siglo XVIII
Social Media Buttons fb twitter twitter twitter
  • Metadata

    • Document type
      Review (monograph)
      Journal
      Mélanges de la Casa de Velázquez
      Author (review)
      • Hanotin, Guillaume
      Language (review)
      Français
      Language (monograph)
      Español
      Editor (monograph)
      • Palacios Bañuelos, Luis
      Title
      Estudio y documentos para la historia de la diplomacia española en el siglo XVIII
      Year of publication
      2011
      Place of publication
      Córdoba
      Publisher
      Servicio de Publicaciones de la Universidad de Córdoba – Universidad Rey Juan Carlos
      Number of pages
      487
      ISBN
      978-84-9927-078-4
      Subject classification
      Political History
      Time classification
      Modern age until 1900 → 18th century
      Regional classification
      Europe → Southern Europe → Spain
      Subject headings
      Außenpolitik
      Diplomatie
      Geschichte 1700-1800
      Quelle
      Spanien
      Original source URL
      http://mcv.revues.org/5915
      recensio.net-ID
      af5f378ef6474fcc841d4ed8cca80d42
      DOI
      10.15463/rec.1189731154
  • Citation rules

  • Terms of licence

    • This article may be downloaded and/or used within the private copying exemption. Any further use without permission of the rights owner shall be subject to legal licences (§§ 44a-63a UrhG / German Copyright Act).

Luis Palacios Bañuelos (ed.): Estudio y documentos para la historia de la diplomacia española en el siglo XVIII (reviewed by Guillaume Hanotin)

Les trois auteurs offrent ici une édition de documents portant sur la diplomatie des Bourbons. L’ouvrage se compose d’une longue partie introductive — fresque générale de la diplomatie espagnole du xviiie — et de l’édition de textes s’y rapportant. Elle souligne les grands axes et les temps forts de la politique des Bourbons, comme la guerre de Succession d’Espagne, les pactes de famille ou encore leur politique italienne. Les négociations plus techniques ne sont pas oubliées comme celles sur les limites du Río de la Plata entre les couronnes espagnole et portugaise ou encore celle confiée au Sr Gardoqui portant sur les frontières entre la Louisiane et la Floride en 1784.

Sur 105 documents édités, il y a 97 instructions ou documents précisant les missions des ambassadeurs et agents du roi envoyés à l’étranger. Dans cette distribution, la plupart des États ou des principautés avec lesquelles les souverains de la Maison de Bourbon en Espagne ont entretenu des relations sont représentées. Le choix de la diversité des États semble avoir été l’un des critères d’élaboration de la sélection des documents. Les grandes cours européennes comme celle de Vienne, de Versailles ou de Londres n’ont pas été privilégiées au détriment de celles plus modestes comme celles de Toscane, de Danemark, de Prusse ou encore celles plus lointaines comme les cours ottomane ou russe. Ce florilège de documents viendra utilement compléter les synthèses existantes sur le thème de la diplomatie espagnole du xviiie siècle.

On peut ainsi suivre à la lecture de ces documents les multiples objectifs assignés aux négociateurs de la monarchie hispanique. Les lettres d’instructions révèlent le plus souvent une combinaison entre des exigences de circonstances, liées à un contexte ou à la personnalité d’un souverain, et des ambitions plus structurelles, comme la préservation de la paix ou d’une stabilité sur le continent. Elles apparaissent à la fois comme le résumé ou la synthèse d’objectifs autant qu’une mise au point sur une situation. Parallèlement à la mise en place de ce « langage princier » qu’est le cérémonial, l’instruction devient l’outil des négociateurs. Ces documents sont parmi les plus emblématiques d’une diplomatie, même si cette dernière ne saurait se réduire à ceux-ci.

Il convient également de mentionner au moins deux documents émanant de Charles III et de sa junte lors de son séjour à Barcelone. Ils se singularisent du reste du volume dans la mesure où ce ne sont pas des documents propres à la conduite d’une politique extérieure. Ils correspondent toutefois à la période troublée de la guerre de Succession d’Espagne durant laquelle un conflit de légitimité politique opposait Philippe V à Charles III.

Cette publication met ainsi à la portée de tous une série de documents peu ou difficilement accessibles pour le public et dont la variété est à souligner. On regrettera néanmoins l’absence de notes abondantes qui auraient permis à un lecteur non initié de se repérer avec plus d’aisance et de se familiariser avec ce thème de recherche plus rapidement.